Lorsque nous étions morts

Bonjour les lecteurs, 

Je viens vous donner mon avis sur Lorsque nous étions morts, un roman de Mathieu Guibé que je remercie pour l’envoi. Ce roman, initialement paru aux Editions du Chat Noir est désormais réédité par ActuSF dans la collection Naos.

IMG_0571.JPG

Lassé de l’existence et de la société, Lord Josiah Scarcewillow se complaît dans un quotidien vampirique où les meurtres sont devenus banals. Pourtant, sa rencontre inattendue avec Abigale va le pousser à reconsidérer sa condition de non-mort et ravive sa curiosité envers le vivant. Son âme réanimée, sa nature monstrueuse n’en est pas pour autant altérée ; il est prêt à tout pour retrouver cette jeune fille que l’éternité ne saurait effacer. À tout, même à une pluie de cadavres.

Titre : Lorsque nous étions morts
Auteur : Mathieu Guibé
Maison d’édition : ActuSF
Collection : Naos
Se le procurer ICI

Nous allons faire la connaissance de Josiah, un vampire qui décide de retourner vivre au domaine familial dans lequel il a grandit et vécu avant de devenir une créature de la nuit. C’est sans regrets qu’il quitte Londres, où les vampires sont traqués de manière incessante pour retrouver le Gloucestershire de sa jeunesse. Se faisant passer pour le fils de l’homme qu’il est en réalité, il désire mener une vie tranquille et modeste. Il fera une étonnante rencontre, sous le nom d’Abigale, qui bouleversera sa vie à jamais ! Et le temps est long quand on possède l’immortalité…

Josiah est un personnage très plaisant à suivre. J’ai aimé découvrir sa personnalité complexe. On le découvre raffiné, élégant et faisant preuve de bienséance. Il maîtrise ses pulsions, fait preuve de retenu et dégage de la douceur. En compagnie de Abigale, c’est un véritable gentleman. Bref, un homme et vampire parfait. J’ai aussi aimé découvrir sa nature profonde de créature de la nuit. Son impatience, son absence d’humanité, sa fougue, sa colère… C’est un personnage très complet et très intéressant.

C’est le premier roman de l’auteur que je découvre et après cette lecture, j’ai envie de découvrir ses autres textes. J’ai adoré sa plume qui est pleine de finesse et élégante. L’écriture de l’auteur est soutenue et pourtant pleine de fluidité. Elle est captivante, soignée et élaborée. C’est un régal à lire ! 

Vous m’avez demandé ce que j’étais comme jouet. Je suis ce diable à ressort. D’apparence, rigide, sobre et inoffensif, une fois la boîte ouverte, le monstre jaillit, totalement incontrôlable et tellement effrayant. On peut refermer la boîte, mais le diable demeure à l’intérieur et bien qu’il soit invisible, on sait qu’il est là et l’on redoute sa prochaine apparition. 

Le roman se compose de différentes parties dont chacune d’elle se clôture par un épilogue. C’est la première fois que je voyais ce concept dans un livre et j’ai trouvé ça intéressant puisque cela permet vraiment de clore un chapitre de l’histoire et d’en démarrer un nouveau. J’ai trouvé également que le fonctionnement par parties créé beaucoup de rythme au roman. 

Lorsque nous étions morts est un ouvrage qui fait voyager. J’ai aimé les nuances dont fait preuve le roman. On découvre la campagne anglaise et ses paysages somptueux, le confort d’être dans son foyer et la douceur de vivre. On voyagera également à Londres, une ville qui fait face au progrès et à l’industrialisation, où la méfiance et l’indifférence sont de mises.

C’est un livre que j’ai eu bien du mal à lâcher tant il m’a captivé. J’avais envie d’en apprendre davantage, de découvrir ce que nous réservait l’auteur. C’est un roman qui m’a retourné, qui m’a fait pleurer. C’était beau, puissant, épique, étonnant, touchant et tragique à la fois. Je ne m’attendais pas à ça mais la surprise n’en est que plus agréable. C’est un roman à l’ambiance sombre et brumeuse, comme les pensées du vampire.

Je suis sortie de ma lecture complètement chamboulée, retournée avec le cœur en miettes tellement c’était beau et triste à la fois. Après avoir posé mon livre, je ne savais plus du tout quoi faire, plus aucune envie, c’est comme si une part de moi était resté avec les dernières lignes du roman. Je n’ai pas l’habitude de ressentir cet état après une lecture. 

Lorsque nous étions morts est un roman fabuleux et marquant qui m’a fait passer un très bon moment.

Les Livres Enchantés.

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s