L’ombre aux yeux rouges, tome 3 : L’affaire des disparus

Bonjour les lecteurs, 

Je viens vous donner mon avis sur le troisième tome de la fabuleuse saga L’ombre aux yeux rouges. Cela veut dire que, ça y est, j’ai terminé cette trilogie et je suis toujours dans le déni… Je n’avais tellement pas envie de quitter l’univers qui est à ce jour, ma plus belle découverte de l’année ! Avant de vous témoigner mon amour pour cette saga, je vous parle de la couverture qui est magnifique. Avec celle du premier tome, il s’agit de ma couverture préférée et je me répète peut-être mais ce rendu mat est sublime. 

Cette saga représente beaucoup pour moi. C’est déjà une de mes plus belles découvertes  et je sais déjà que je la relirai un jour. C’est aussi une saga que je conseillerai à coup sûr et que je recommande à 300%. C’est aussi avec celle-ci que j’ai commencé mon partenariat avec Évidence Editions et c’est une de mes plus belles expériences en tant que chroniqueuse. A chaque fois, je fais de magnifiques découvertes, l’équipe est très à l’écoute et accessible, je me sens vraiment intégrée et c’est vraiment gratifiant.  

Merci à l’autrice d’avoir écrit une telle merveille, à Jennifer et à Évidence Editions pour l’envoi de ce roman ! 

received_776449263115116.jpg

Titre : L’ombre aux yeux rouges, tome 3 : L’affaire des disparus
Auteur 
: Maëva Delattre
Maison d’édition : Evidence Editions
Prix : 24.90€
Se le procurer : ICI

Passée près de la mort, Katarina se relève, l’espoir au cœur que le maître du manoir lui revienne. Mais les jours passent sans qu’il ne donne aucun signe de vie jusqu’à ce bal masqué où un inconnu se présente à elle. Alors qu’elle croit le reconnaître, un double du maître apparaît sans masque accompagné de tous les disparus. Katarina va devoir se battre pour démêler le vrai du faux. Jusqu’où est-elle prête à aller ?

On retrouve bien évidemment notre chère Katarina qui se remet doucement des derniers événements. Bien qu’affaiblie, elle remonte doucement la pente et le fait en étant bien entourée par Jean-Charles de La Courtepiert. Leur relation évolue et une véritable tendresse s’est installée entre eux. Ils se confient mutuellement et cela leur apporte beaucoup au quotidien. L’esprit de Katarina reste néanmoins tournée vers le  passé et plus précisément vers le maître, Leon Hodgkin dont elle se languit terriblement. Quand il fait brusquement surface à un bal où la jeune femme est présente, elle n’en revient pas. Passé et présent se mêlent douloureusement… Avec eux, l’heure des vérités et des révélations arrive. Katarina va t’elle réussir à s’en sortir indemne ?

Katarina est encore une fois incroyable. Cette jeune femme sauvage et indomptable est un modèle, une force la nature. Je l’admire tellement ! C’est un personnage tellement fort et indépendant, elle se bat pour ses convictions, ses idéaux mais aussi ses amis. Elle est aussi déboussolée, perdue entre son devoir, la réputation de sa famille, la sienne et ce qu’elle ressent. Que doit-elle faire ? Qui choisir ? Sera-t-elle raisonnable ou suivra t’elle simplement son cœur au détriment du reste ? Elle est loin d’être dans une situation évidente et malgré tout, elle garde la tête haute et cherche à protéger un maximum de gens. Elle n’est pas non plus innocente car elle n’hésite pas à mentir, aux autres et à elle-même surtout… Katarina est un personnage tellement tolérant, faisant preuve d’une grande ouverture d’esprit et d’une extrême bienveillance. Elle est aussi instable, à côté et déraisonnable. Sa personnalité est complexe, je l’adore. C’est un de mes personnages favoris et j’adorerais la rencontrer dans la réalité.

Dans ce dernier tome, on retrouve bien évidemment les autres personnages comme Jean-Charles qu’on apprécie toujours davantage tant il est protecteur et bienveillant. Il est aussi assez narcissique mais ça lui va tellement bien qu’on lui pardonne 😉 Ce troisième volet, c’est surtout l’occasion de faire pleinement la connaissance de Leon. On découvre son histoire, son passé et ses terribles secrets. J’y suis profondément attachée ! Il est puissant, terrifiant, élégant, hautain et délicat à la fois. Je comprends parfaitement pourquoi Katarina craque.

Il y a bien évidemment une histoire d’amour. Elle est puissante, ambiguë et épique, impossible et violente, tendre et passionnelle, un vrai régal à suivre. Elle est loin d’être évidente et acceptable mais personne ne contrôle l’amour, il nous prend toujours par surprise… 

J’ai eu un tel coup de cœur pour cet univers que j’ai énormément de mal à mettre des mots sur ce que je ressens… C’était merveilleux, insolite, incroyable, terrifiant, audacieux, émouvant, palpitant, immersif, inédit, trépidant, magnifique, dangereux… Il y a encore tellement de termes pour décrire cette saga fabuleuse ! Je me sens tellement bien avec cette saga, une véritable lecture DOUDOU comme je les adore. Une de ces lectures qui te retourne le cœur mais dont tu ne peux te passer ! 

J’ai mis du temps pour lire ce roman parce qu’il faut bien le dire, c’est un PAVÉ ! Il fait 863 pages et j’ai adoré chacune d’entre elles. Je serais bien resté encore un peu (beaucoup) dans l’univers tant il est formidable. Je voulais prendre mon temps pour lire ce livre alors c’est ce qui fait aussi que j’ai mis du temps à le lire. Je n’ai trouvé aucune longueur à ce livre et avec autant de pages, je trouve que c’est une belle réussite. Ce troisième tome m’a tenue en haleine, m’a éprouvée, m’a captivée du début à la fin et a su combler pleinement mes attentes.

Cette saga est extrêmement complète. Déjà, elle nous plonge avec délice dans le quotidien de la bourgeoisie victorienne avec les fêtes mondaines, l’importance de l’étiquette, les relations distinguées et courtoises, les dialogues banals et anodins. J’ai eu l’impression de me retrouver parmi ces bourgeois, à badiner et à partager leurs vies.  Ensuite, il y a l’aspect thriller avec l’enquête sur les disparitions inquiétantes et les découvertes macabres… Il y a aussi les découvertes du passé de certains personnages et les révélations qui vont avec. S’ajoute à cela toute la dimension fantastique avec des apparitions, des fantômes, des hallucinations… C’était très bien mené, l’autrice sait maintenir le suspense, distiller la peur et intégrer l’impossible. La plume est tellement belle, fluide et distinguée. Le vocabulaire est recherché et nous plonge avec délice dans l’époque victorienne. Elle est aussi entraînante et immersive à souhait, envoûtante et captivante, une pure merveille. Et l’univers, j’en suis amoureuse.

Comme pour ma lecture des deux premiers tomes, il est impossible de prévoir où l’autrice veut nous emmener. On est obligé de se laisser porter, tantôt avec délice, tantôt avec angoisse.  L’atmosphère est toujours aussi singulière, brumeuse, étouffante et même oppressante par moment. Il y a des moments d’angoisse et de terreur, de tristesse et de joie intense, le tout s’entremêle avec délice. Si je devais résumer ce tome en un seul mot, ce serait RÉVÉLATIONS. Ce tome répond à toutes les interrogations que l’on peut se poser même les plus improbables. Tout est pris en compte, rien n’est laissé à l’abandon. 

Le final est étonnant, à l’effigie du roman. Il est complexe et imprévisible, émouvant et tellement bouleversant. Je n’étais absolument pas préparée à cette fin et j’avoue être toujours dans le déni. Je me souviens être restée avec mon roman dans les mains, à pleurer comme une madeleine parce que c’était fini, parce que je ne reverrais plus les personnages ni l’univers, que je n’y croyais pas et que c’est tout bonnement impossible, que c’était beau et poignant… Maëva nous offre un magnifique final qui clôture entièrement la saga mais également un long épilogue qui fait aussi le tour d’horizon de tous les personnages afin que l’on découvre ce qu’ils deviennent. Et la fin, la toute fin, les dernières lignes, elles, soulèvent une multitude de questions qui me retournent encore l’esprit alors que j’ai terminé le roman depuis de nombreux jours maintenant. C’était brillant même si c’est de la torture ! Je n’ai toujours pas réussi à me remettre de la fin et mes autres lectures me paraissent si fades à côté de cette saga exceptionnelle !

L’ombre aux yeux rouges est une merveille de la littérature, une trilogie exceptionnelle écrite par une plume exquise et raffinée. Elle met en avant des personnages attachants et charismatiques avec des forts caractères. Il est question de liberté, d’amour impossible, de devoirs et d’envies, d’époque victorienne et de bourgeoisie, de meurtres macabres et de disparitions inquiétantes, de questions sans réponses, de folie et de doutes, de tensions et d’angoisse, de rebondissements improbables, d’incertitudes et d’espoirs, de dangers et de révélations, de la vie et de la mort… C’est une pépite qu’il vous faut absolument découvrir !

Les Livres Enchantés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s