La Fleur d’Attica

Bonjour les lecteurs,

Aujourd’hui, j’ai commencé et terminé un nouveau roman de Valentin Auwercx, un auteur que j’avais découvert l’an passé et dont j’avais beaucoup apprécié le style. Je savais que j’allais aimer ce roman même si j’ai mis du temps avant de le lire, faute de temps. Je remercie l’auteur pour sa confiance et sa patience.

Titre : La Fleur d’Attica
Auteur 
: Valentin Auwercx

Prix : 15,82€
Se le procurer : 
ICI

En 2051, la surpopulation explose et le fossé de l’inégalité se creuse. La criminalité croissante devenant difficile à contenir au sein des prisons, le gouvernement américain décide de mettre en vigueur une toute nouvelle méthode de mise à mort sur l’ensemble de son territoire – le programme Dernière Volonté.

D’immenses bâtiments blancs en forme de Fleur accueillent les criminels voués à l’exécution dans le plus grand des secrets. Quand Light O’Grim est condamné à la Dernière Volonté, il ne se doute pas une seule seconde de ce qu’il va découvrir au sein de la Fleur D’Attica…

Le paradis existe-t-il vraiment pour les personnes destinées à l’enfer ?

Et si les coupables devenaient les victimes ?

Une dystopie inédite qui plonge le lecteur dans un huis clos sans échappatoire.

Nous allons suivre le personnage de Light O’Grim condamné à mort dans le programme Dernière Volonté. C’est un jeune homme mystérieux et qui a beaucoup de mal à faire face aux faits qui l’ont amené à devenir prisonnier de la Fleur d’Attica. Ce concept de prison est assez secret et Light va devoir se faire à une nouvelle vie avant la mort. Dans les Fleurs, chacun porte une couleur particulière qui correspond au temps restant avant la mort. Les tenues bleues signifient que les prisonniers ont moins d’un an à vivre, les vertes ont moins de six mois, les jaunes ont deux mois et les rouges ont quelques jours. Quant aux tenues noires, elles correspondent aux Zombies, détenus prisonniers privilégiés qui travaillent au sein des Fleurs et bénéficient d’un délai de vie plus long. Le blanc est la couleur du dernier voyage, de la mort… Dans cette prison, tout est fait pour bien s’y sentir. Les personnages peuvent évoluer librement et se procurer alcool, nourriture et sexe gratuitement. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent et doivent simplement respecter quelques règles comme le couvre-feu par exemple. Autrement dit, ils profitent de la fin de leur vie. Light va avoir des difficultés à s’adapter au fonctionnement de la Fleur d’Attica. Il ne comprend pas pourquoi les prisonniers ont le droit à ce traitement de faveur… Lui qui est hanté par les actes qu’il a commis. Ce récit, c’est son histoire, sa Dernière Volonté, son combat.

Le plus difficile dans la vie, c’est de s’en vouloir à chaque sourire. C’est de culpabiliser d’être heureux. C’est de penser à la mort à chaque fois qu’on se sent vivant.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui nous plonge dans un univers original, sombre et mystérieux. Les personnages sont élaborés et vraiment attachants. Certains vont marquer le protagoniste principal et le pousser à réfléchir, à se remettre en question et à affronter ses démons. J’ai particulièrement aimé Jasper. Sa vivacité d’esprit, sa tolérance et son innocence en font un personnage à part à mes yeux. La plume de l’auteur me plaît beaucoup, elle est soignée et pleine de belles réflexions. J’ai d’ailleurs relevé quelques unes de ses pensées mais il y en a tellement tout au long du récit, c’est délicieux.  Son style est fluide, dynamique et immersif. L’auteur dénonce de nombreux problèmes de notre société tout en créant un univers dystopique à part entière. C’est assez effrayant car le roman se situe à une époque pas si éloignée de la nôtre. C’est un des chemins que l’humanité pourrait emprunter. Cette prison ne ressemble à aucune autre. L’imagination de l’auteur quant à son fonctionnement est incroyable. J’avais vraiment envie d’en apprendre plus sur ce système de fleurs où sont envoyées les prisonniers condamnés à mort.

La punition ce n’est pas la peine de mort, c’est la dernière volonté

Je n’avais pas vu venir la fin et j’ai apprécié la surprise même si elle est assez horrible. Je ne m’attendais pas à une happy end quand on sait qu’on suit des personnes condamnées à mort mais je n’étais absolument pas préparée à ces révélations… L’homme peut vraiment être horrible, un véritable monstre… Dans la fleur d’attica, tous évoluent de la même façon, que ce soit les criminels en séries, les violeurs, ceux qui ont commis un crime involontaire et même ceux qui sont accusés à tort… C’est donc un lieu plein de dangers dans lequel il faut sans cesse lutter pour survivre. Ce texte est surprenant, osé et vraiment bien mené. C’est aussi un roman plein d’émotions, de doutes et d’espoir, d’incompréhension et de regrets, de folie et de remise en question. C’est un roman de vie poignant et percutant que j’ai vraiment aimé découvrir. Il est histoire d’acceptation, de pardon, de nouveau départ et d’évolution. C’était une lecture belle et cruelle à la fois. 

Quand on regarde un film, on ne prend jamais le temps de se pencher sur le générique de fin. Et pourtant, il en découle une vérité fondamentale : il faut être plusieurs pour tourner un chef-d’œuvre. Nous sommes peut-être les réalisateurs de notre vie, nous avons besoin d’un décor pour qu’elle avance, de figurants pour consistance, et d’acteurs afin qu’elle trouve un sens.

C’est ce que j’aime avec cet auteur, il nous propose des récits inédits et intenses qui font réfléchir. Les sujets abordés sont variés et d’actualité. C’est à la fois ancré dans la réalité et plein d’imagination. Un régal que je vous invite à découvrir !

Les Livres Enchantés.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s