Midnight City

Bonsoir les lecteurs,

J’aime dénicher de nouveaux romans, ceux qu’on ne voit pas passer partout, ceux qui sortent du lot, d’auteurs que je ne connais pas… C’est ainsi que j’ai découvert Rozenn Illiano et ses romans. En farfouillant sur son site, j’ai également découvert Midnight City et le concept si particulier qu’avait mis en place l’autrice pour faire découvrir son roman à savoir le livre vagabond. L’autrice a écrit son roman, en a imprimé un exemplaire et l’a lâché dans la nature. Le principe étant qu’une personne trouve le livre, le lise et le transmette à son tour. J’ai été émerveillée par ce concept et j’espérais un jour pouvoir trouver à mon tour l’exemplaire unique…

Bien des mois plus tard, j’ai lu que l’autrice allait auto-édité son roman et proposait à trois personnes de recevoir un exemplaire de Midnight City en service de presse. J’ai tenté ma chance et c’est ainsi que j’ai eu le plaisir d’apprendre que je ferais partie des chroniqueuses qui auraient la chance de découvrir cet ouvrage à l’histoire singulière.

Je te remercie Rozenn de m’avoir donné l’opportunité de lire ton précieux roman !

75196239_2617331258346276_8615876301842022400_n

Titre : Midnight City
Auteure : Rozenn Illiano
Pour en apprendre davantage ICI

Écrivain inconnu, Samuel rencontre le succès par hasard, et sa vie change du jour au lendemain – pas forcément pour le mieux, d’ailleurs. Introverti et grand timide, il se plie à sa nouvelle célébrité sans rechigner, rêvant pourtant de retrouver la quiétude de son anonymat.

Seulement un jour, il ne peut plus écrire : ses mots se sont enfuis, son imagination est à sec. Un peu par désespoir, Samuel accepte la proposition d’un mystérieux mécène qui lui offre tranquillité et ressources afin qu’il puisse retrouver la flamme.

Ce qui, en fin de compte, n’était pas une si bonne idée…

Ce roman suit l’histoire de Samuel, un homme introverti et plutôt calme, qui rencontre un succès phénoménal après avoir publié son premier roman : Les larmes d’aquarius. Depuis, c’est la page blanche. L’homme qui écrivait pour lui se retrouve forcé d’écrire et sous la pression, rien ne vient. L’envie n’est plus. Un jour, un certain Adam Remington, lui propose de l’aider à retrouver le goût de l’écriture en devenant son mécène. Il se propose de lui fournir tout ce dont il a besoin pour se retrouver et raviver la flamme de l’écriture. L’homme voit ici une opportunité de se ressourcer et d’enfin parvenir à écrire ce roman qui l’obsède depuis des années. Mais à quel prix ?

En parallèle, on découvre la Cité de Minuit et ses habitants, les Nocturnes. La ville est faite de rouages, d’engrenages et son fonctionnement est particulier. On y trouve certains éléments qui peuvent faire penser à du steampunk notamment certains appareils, certains fonctionnements…

Elle tourne, tourne toujours, tourne encore, la ronde sans fin d’une horloge géante, une citée plongée dans la nuit vivant au rythme des secondes égrenées sur un cadran invisible, le rêve lointain et morcelé  d’un horloger peut-être, la songerie d’un artiste dont les doigts s’échinent à reproduire le mouvement, ce mouvement parfait d’un mécanisme de pendule ancienne.
Cette cité, on l’appelle la Cité de Minuit.

J’ai pris beaucoup plus de temps que je n’en mets d’habitude pour lire ce roman. Je voulais vraiment m’approprier l’univers qui est extrêmement riche et dense. Selon moi, ce n’est pas un livre qu’on peut prendre quelques minutes et le reposer ensuite pour vaquer à d’autres occupations mais davantage un livre à déguster et qui mérite qu’on lui accorde du temps. Midnight City est le genre de roman qui prend peu à peu possession de toi, qui s’infiltre dans tes pensées, qui te fait douter et qui te passionne à la fois. C’est également un roman unique et surprenant auquel je n’étais absolument pas préparé. C’est un véritable ovni qui mêle les genres ! J’y ai trouvé une inspiration steampunk, une touche fantastique, une pincée d’onirique… Tellement plus encore car c’est un roman très complet. J’ai aimé perdre pied par moment et ne plus savoir discerner ce qui était « réel » du rêve.

L’écriture a toujours été indispensable à sa vie, au même titre que respirer, mais il pensait surtout qu’il s’agissait d’un besoin de parler, d’extérioriser, de mettre par écrit ce qui lui fait mal ou ce qui lui fait peur.

La plume de l’autrice est un régal pour les yeux, elle est si poétique. Son écriture est soignée, délicate et emploi des termes recherchés et de qualité. On ressens dans la lecture que l’autrice a passé du temps sur son roman, à le peaufiner et à le perfectionner. Le texte est de qualité, les phrases mélodieuses. Il n’y a pas de répétitions, le vocabulaire utilisé est recherché et élaboré. 

Pour moi qui suit l’autrice sur les réseaux sociaux, j’ai trouvé qu’on retrouvait vraiment de morceaux d’elle et de sa propre histoire à travers son roman, même ses habitudes comme une certaine figurine posée sur son bureau. On sent qu’elle y a mis beaucoup d’elle même, que ce soit des moments de bonheur ou bien des moments de remises en question. J’ai aimé la transparence et l’humilité qui se dégage du roman dans lequel la superficialité n’a aucune place.

Est-on un écrivain lorsque l’on écrit un seul roman au succès fulgurant, ou bien l’est-on parce qu’on passe sa vie à écrire sans être lu par d’autres que son cercle d’amis ?

Ce roman pousse à la réflexion, c’était très intéressant ! C’est un roman qui évoque les difficultés d’être écrivain en France : c’est un métier passion dont il est très difficile de vivre, avec de la pression, des baisses de moral, de la perte de confiance mais également des moments de joie, d’euphorie et de soulagement.

Il existe des livres qui ne sont pas destinés à être lus.

J’ai aimé le concept d’une histoire dans une histoire et découvrir La cité de Minuit m’a beaucoup plu. J’y aurais volontiers passé quelques heures supplémentaires afin d’en découvrir les rouages et la beauté. C’est un roman qui m’a retourné. J’en ressors l’esprit peuplé d’interrogations pour autant, ce roman prend le temps de répondre aux questions que l’on peut se poser en lisant le livre et propose une véritable fin. C’est un roman vraiment à part, que j’ai aimé et qui je pense, laissera toujours une petite marque en moi.

Les Livres Enchantés.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s